23
oct
0 Pas de commentaire

forestier-gibier-chasse

En cette période d’ouverture de la chasse, difficile de ne pas aborder le sujet de l’équilibre entre la faune et la flore

La filière forêt bois est une filière d’avenir si l’on permet aux forestiers de récolter le fruit d’un travail de longues années.

Une faune trop importante peut provoquer des dégâts dans une exploitation forestière. Le temps passé pour retirer un revenu de son travail en forêt peut être anéanti par une mauvaise régulation du gibier.

 

Quels sont les dégâts ?

–       Les abroutissements
L’abroutissement est la consommation de bourgeons, de jeunes pousses ou de semis par les cervidés comme les chevreuils.

–       Les frottis
C’est l’endommagement des plants par les bois frottés sur les troncs ou les branches de l’arbre.

–       L’écorçage
L’écorçage ne concerne pas les chevreuils qui ne sont pas consommateurs d’écorce, en revanche les biches et les cerfs la prélèvent et la consomment intégralement.

La nature subit alors des dégâts de deux types, comportementaux et alimentaires.

Ses conséquences

Quand on sait ce que représente en temps le travail du forestier, un peuplement trop important de cervidés aura des conséquences financières lourdes sur sa production. Certaines essences, plus appétentes que d’autres sont plus vulnérables et c’est un déséquilibre de la flore qui est à craindre.

La chasse comme régulateur

La chasse résonnée est une solution. Le chevreuil n’a pas de prédateur naturel dans nos contrées normandes.

Les forestiers et les chasseurs doivent communiquer et ainsi réaliser des plans de chasse et de prélèvement des espèces, garantissant un équilibre entre la faune et la flore qui préservera les cultures.

Grâce au plan de chasse, chaque chasseur se voit attribuer le nombre et le type de bêtes qu’il peut abattre et le nombre de bracelets correspondants. Ainsi, la pratique de la chasse est légale, régulée et sous contrôle. 

Compte tenu de la baisse régulière du nombre de chasseurs depuis les années 70 (source Forêt privée française), il est plus que jamais temps de privilégier une chasse dans de bonnes conditions et ainsi préserver nos massifs forestiers.

Sources :
Les relations forêt-cervidés
Wikipedia
Agriculutre.gouv.fr
EquiForCe 76
FDC 61

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *